Réflexions sur mes Intérêts et Expériences avec le Mouvement Corporel

Renate Oppikofer
Genève, Suisse
Schweizerische Gesellschaft für Analytische Psychologie

Le mouvement corporel comme je l’utilise dans mes thérapies individuelles ou avec des groupes d’adultes est un mouvement authentique ou spontané. Il permet aux protagonistes et à moi, le témoin, d’avoir un accès plus direct à une réalité de la psyché. Mon expérience m’a montré que le mouvement corporel précède ou prépare une évolution qui peut ensuite se cristalliser dans un rêve nocturne. Dans d’autres cas le mouvement suit et continue le rêve. Ce qui est sûr, c’est la connexion et la stimulation de l’un par l’autre. Parfois le mouvement est évocateur d’images et peut à la rigueur remplacer un rêve. Quand le mouvement éveille des émotions, nous avons toujours l’impression que quelque chose de vrai et d’important nous a touché.

Mon apprentissage pour travailler avec la dimension psychologique du mouvement a été long.

Dans les années 70, le professeur de Ajuriaguerra révolutionne la Clinique psychiatrique de Genève et lance le concept d’une nouvelle thérapie: «la psycho-motricité». Je fus engagée pour faire des jeux de mouvement corporel avec des enfants ayant des troubles de la personnalité. Le but était d’éveiller leur créativité et l’envie d’utiliser leur potentiel pour évoluer.

En cherchant comment me former moi-même, j’ai rencontré Graf Dürckheim. Il était lui-même influencé par ses maîtres du Zen japonais. En précurseur il disait: «Nous n’avons pas un corps, nous sommes le corps». Lui et ses collaborateurs nous proposaient des expériences les plus diverses pour nous faire sentir notre «être corporel» et nous amener à prendre conscience de notre «Hara». Cette exploration m’a appris que si j’arrivais par la concentration à être mentalement présente dans mon centre, j’étais “ancrée” ou “grounded” et que ma relation à moi-même et au monde changeait!

Plus tard je suis partie pour une année sabbatique en Californie où régnait alors la grande vague des méthodes corporelles pour libérer et faire grandir les personnalités. De toutes ces approches, c’est le Mouvement Authentique, comme le transmettait Joan Chodorow, qui m’a touchée le plus. A travers le mouvement corporel je pouvais intensifier les images de mes rêves et je fus bouleversée par certaines prises de conscience de contenus plus inconscients. Finalement, mon besoin d’en connaître plus sur l’âme humaine m’a amenée à l’Institut Jung de Zurich, où Arnold Mindell fut mon analyste. Il avait publié son livre «The Dreambody». Comme j’étais très malade à cette période, j’ai eu la chance de suivre avec Mindell le langage secret que livrait le mouvement de mon corps. La maladie aussi, peut porter un rêve ou appeler à un développement intérieur plus profond.